Pour un enfant X-fragile l’apprentissage de la propreté peut débuter un peu plus tard que dans la troisième année et durer quelques mois, voire quelques années.
 
Sachant que chez l’enfant X fragile les messages du corps peuvent parvenir affaiblis au cerveau, que la communication verbale apparait avec retard et qu’une légère hypotonie le rende moins actif,il se peut:
  • qu’il ne ressente pas les pressements ou le besoin d’aller à la toilette ;
  • qu’il ne s’aperçoive tout simplement pas qu’il est mouillé ;
  • qu’il n’exprime pas ses besoins ou une gêne ;
  • qu’il soit incapable de rester assis sur le pot plus d’une minute pour soulager ses besoins.

Il faut miser sur les points forts dans le comportement de l’enfant X fragile :

  • il est attentif à la réaction des plus âgés de son entourage et se montre satisfait de recevoir des éloges ;
  • il dispose de réels talents d’imitateur, il apprend davantage par observation puis reproduction ;
  • les repères visuels sont une bonne stratégie d’apprentissage. Les images globales (photos, logos ou mots) sont bien identifiées. Ceci peut aider l’enfant à suivre une séquence correcte des différentes étapes dans l’utilisation du petit pot.

En revanche, tout changement le perturbe (présence d’un nouveau petit pot, enlèvement du lange…) et l’ambiance de la salle de bain peut le rebuter.
 
Pour l’encourager, tenez à jour un calendrier avec des images (smileys) pour suivre ses performances sur le pot. De même, il est opportun de présenter dans la salle de bain ou le WC une petite séquence d’images ou de photos des opérations liées au passage sur le pot :

  • Se déshabiller,
  • S’asseoir sur le pot,
  • S’exécuter,
  • S’essuyer avec le papier (pas trop, ni trop peu),
  • Tirer la chasse d’eau,
  • Se rhabiller,
  • Se laver les mains.

N’oubliez pas de le féliciter à chaque fois, afin de l’encourager à progresser !

 
Retour